HomeActualités4 raisons d’acheter l’indice Dax malgré la guerre russe

4 raisons d’acheter l’indice Dax malgré la guerre russe

Mircea Vasiu

L'indice Dax hésite à la résistance horizontale, incapable de casser et de se maintenir au-dessus de 14 800 points. Voici quelques raisons techniques et fondamentales soutenant un cas haussier.

La guerre en Ukraine fait suite aux mesures de relance monétaire et budgétaire sans précédent déclenchées par la pandémie de COVID-19. Ainsi, les goulots d'étranglement d'approvisionnement générés par la pandémie ont été amplifiés par les sanctions imposées par les nations occidentales à la Russie.

Une conséquence directe de la pandémie et de la guerre en Europe de l'Est est une hausse des prix des biens et des services. Les niveaux d'inflation diffèrent à travers le monde développé, mais ils ont néanmoins atteint des chiffres élevés depuis des décennies.

Les marchés boursiers des économies avancées ont récupéré l'essentiel du terrain perdu depuis décembre 2021, mais il y a encore de la place. Les indices européens semblent particulièrement intéressants en raison des taux d'intérêt bas et de la position de la BCE.

Parmi tous les indices européens, l'indice Dax allemand semble intéressant pour au moins les raisons suivantes :

  • Les prix de l'énergie stimulent l'inflation dans la zone euro
  • L'image technique semble haussière
  • La BCE maintiendra l'accommodement monétaire
  • Il n'y a pas de pressions sur les salaires et les prix dans la zone euro

Les prix de l'énergie stimulent l'inflation dans la zone euro

L'inflation en Europe diffère de celle des États-Unis, car les prix de l'énergie en sont principalement le moteur. Ainsi, étant donné que le contexte est axé sur l'offre, les taux d'intérêt devraient rester plus bas qu'aux États-Unis. Cela devrait dynamiser le marché boursier alors que la politique monétaire demeure plus accommodante en Europe.

Dax hésite sur la résistance horizontale mais le biais est haussier

Dax hésite à 14.800 mais ça s'annonce constructif. Une clôture quotidienne au-dessus de la zone devrait déclencher une course vers les plus hauts historiques de l'année dernière.

La BCE ne devrait pas augmenter ses taux d'intérêt de sitôt

La BCE est pressée de relever les taux et le fera probablement, mais pas de si tôt. Des hausses de taux ne s'attaqueraient pas aux moteurs de l'inflation dans la zone euro, et la banque centrale en est bien consciente.

Aucun signe de spirale salaires-prix dans la zone euro

Une autre différence entre les États-Unis et la zone euro est qu'en Europe, il n'y a aucun signe d'une spirale salaires-prix. C'est une autre raison pour laquelle la politique monétaire restera plus qu'accommodante, dynamisant le marché boursier.