HomeActualitésAmazon renvoyée au DOJ américain sur les marchés digitaux

Amazon renvoyée au DOJ américain sur les marchés digitaux

Hassan Maishera

Le géant de la technologie Amazon fait actuellement l'objet d'une enquête pour violation potentielle de la concurrence sur les marchés numériques.

Des membres du comité judiciaire de la Chambre des États-Unis ont référé le géant de la technologie Amazon au ministère américain de la Justice (DOJ). Selon le comité de la Chambre, Amazon et certains de ses hauts dirigeants ont enfreint certaines conduites sur le marché.

Dans une lettre adressée au procureur général des États-Unis, le comité a déclaré que la société s'était livrée à la pratique et au schéma de conduite trompeuse.

Cette conduite suggérait qu'Amazon et ses dirigeants agissaient de manière inappropriée pour influencer ou bloquer l'enquête du comité sur la concurrence sur les marchés numériques. La lettre datée du 9 mars disait;

"Nous n'avons pas d'autre choix que de renvoyer cette affaire au ministère de la Justice pour enquêter sur la question de savoir si Amazon et ses dirigeants ont fait obstruction au Congrès en violation de la loi fédérale applicable."

Amazon n'a pas encore répondu à ce dernier développement.

Le renvoi au DOJ intervient après que le comité de la Chambre a averti Amazon en octobre 2021. À l'époque, le panel avait accusé l'entreprise et ses hauts dirigeants, y compris le fondateur Jeff Bezos, d'avoir induit le Congrès en erreur ou de mentir aux membres sur ses pratiques commerciales.

La lettre intervient également quelques jours après la publication d'un rapport révélant qu'Amazon menait une campagne de copie de produits et de truquage des résultats de recherche en Inde pour augmenter les ventes de ses propres marques. Cependant, Amazon avait nié les allégations.

Selon les membres de la Chambre, les reportages contredisent les témoignages sous serment et les représentations des hauts dirigeants d'Amazon, dont l'ancien PDG Jeff Bezos.

À l'époque, Amazon avait déclaré que la société et ses dirigeants n'avaient pas induit le comité en erreur, ajoutant que les articles publiés dans les principaux médias étaient inexacts.

Dans la lettre envoyée aujourd'hui au procureur général des États-Unis, les législateurs ont cité des articles de certains des principaux médias, dont le Wall Street Journal, Reuters et Politico, concernant les pratiques commerciales de l'entreprise en matière de commerce électronique.