HomeActualitésLe S&P 500 a chuté en 2022 : les investisseurs achètent la baisse

Le S&P 500 a chuté en 2022 : les investisseurs achètent la baisse

Mircea Vasiu

Le marché boursier américain connaîtra un début d'année difficile, mais cela est normal à moyen terme, à en juger par les normes historiques. Les investisseurs achètent-ils la baisse, cependant?

L'année 2022 a commencé avec la chute des actions alors que les banques centrales se préparent à supprimer l'assouplissement monétaire. Maintenant que la guerre a éclaté en Europe de l'Est, la vague internationale de sanctions contre la Russie menace de faire encore baisser les cours des actions.

L'inflation est brûlante aux États-Unis ainsi que dans d'autres parties du monde. La pandémie de COVID-19 a déclenché une vague sans précédent de mesures de relance monétaire et budgétaire, qui a entraîné une hausse excessive des prix des biens et services.

La hausse de l'inflation oblige les banques centrales à revoir leur mandat de stabilité des prix. Ainsi, bon nombre d'entre eux dans le monde développé ont déjà augmenté le taux d'intérêt ou prévoient de le faire.

Celui qui est sur la bonne voie pour commencer à augmenter les taux est la Réserve fédérale. Elle vient de mettre fin à son assouplissement quantitatif et a signalé qu'elle augmenterait le taux des fonds fédéraux en mars. En plus de cela, elle entamera le processus de réduction de son bilan, resserrant ainsi davantage la politique monétaire.

Ainsi, les actions ont été touchées de toutes parts. De plus, la guerre a envoyé les prix du pétrole au-dessus de 120 dollars ; par conséquent, l'inflation continuera probablement d'augmenter.

Cette année est une année à mi-parcours aux États-Unis, et la cote boursière se corrige généralement au cours d'une telle année. Mais si l'histoire nous dit quelque chose, les investisseurs devraient acheter la baisse.

Acheter la baisse à mi-parcours est logique

Les années à mi-parcours connaissent généralement un recul important. Le recul intra-annuel depuis 1950 était de -17,1 % en moyenne, 1974 enregistrant le plus important – un recul de -37,6 %.

Si nous considérons la crise pétrolière et le choc inflationniste de 1974 et que nous les comparons aux conditions d'aujourd'hui, les actions pourraient avoir encore plus de baisse à venir. Cependant, même si cela devait être le cas, l'histoire nous dit que les investisseurs doivent rester optimistes.

L'histoire nous apprend qu'un an plus tard, le rendement moyen dépasse les 30 %. Par conséquent, les investisseurs continueront d'essayer de trouver un plancher et d'ajuster leur portefeuille pour le positionner pour l'année prochaine.